EXPOSITION - GROUT/MAZEAS

Partager
Version imprimable

Taille du texte

Current Size: 100%

Localisation
Jusqu'au samedi 21 sept. 13h30 - 18h00
Adresse GALERIE STE CATHERINE 12000 Rodez
GALERIE SAINTE-CATHERINE Exposition « Shot down on the pavement or waiting in Dezro ? » Sylvain Grout & Yann Mazéas, du 11 juillet au 21 septembre 2019.
CONTENU DE L’EXPOSITIONDepuis la montée des eaux, Rodez est devenue un fameux spot à surfeurs. « The place to be » : là où tout est parti en vrille. Les planches même de Grout/Mazéas témoignent d’un Darwinisme un peu mal foutu, d’une évolution, en vrille également.Alors que faire ? Comment survivre ? Comment finir ? « Shot down on the pavement, or waiting in Dezro ? » titre quasiment extrait d’une chanson des Clash, un hymne à l’engagement et la non compliance.En attendant que ce scénario catastrophe advienne, Grout/Mazéas proposent ici plusieurs alternatives glissantes, et une loop temporelle qui pourrait nous rappeler que les vagues ont aussi une histoire antique… et même biblique… ce n’est pas Péyo Lizarazu, qui cet été encore, expliquait comment marcher sur l’eau, qui dira le contraire.Collaborant ensemble depuis l’école des Beaux-Arts, le duo Grout/Mazéas fonctionne comme une équipe de production, dont nombre d’installations s’apparentent à des plateaux de cinéma. Le recours à des effets de films d’horreur (faux sang en sirop de glucose, liquides visqueux) ou des actions dévastatrices (tronçonnage de la maison et du mobilier, table de saloon et chapeaux de cow-boy criblés de balles), donnent à voir le décor dans sa puissance matérielle et sa qualité d’évocation dramatique et burlesque. Ici, l’exposition emprunte son titre à une chanson des Clash mais en modifiant le dernier mot « death row » (couloir de la mort) par Dezro (Rodez en « verlan »).Leurs œuvres traitent du réchauffement climatique, sur un ton sarcastique. Ce sont de (vraies/fausses) planches de surf, des vidéos (de feu de camp et de surfeurs en action)… Leur attrait pour le surf ne fait pas d’eux des adeptes de ce sport mais il s’explique par l’image qu’il véhicule, très inspirante pour eux… Tous deux inventent une nouvelle mythologie où le surf convoque l’image d’un héros, à l’instar du cow-boy, du boxeur, du motard, etc, à l’heure où la question du genre est omniprésente…Ils n’en gardent que les codes et se jouent des formes. Ainsi, les planches bien que réalisées dans les règles techniques de l’art du surf, ont des formes sans doute antinomiques, avec leur capacité de flottaison. A côté des planches, se trouvent des serviettes éponge, dont le motif reprend celui d’une ancienne tapisserie conservée au Musée Fenaille, qui illustre l’histoire de Moïse : « l'exode d'Egypte et le passage de la Mer Rouge. » ; ceci afin de proposer un ancrage local et de rester dans le thème, du déluge, de la montée des eaux…Dans une autre salle, se trouve une vidéo de feu de camp, immersive, captivante. Il ne s’y passe finalement pas grand-chose mais le spectateur se laisse prendre… Elle est mise en abîme, par une installation qui donne l’illusion d’un reste de feu, dans une salle à l’opposé. Comme bien souvent, les œuvres présentent les stigmates, l’empreinte d’un geste (brutal), en l’occurrence ici, destructeur puisqu’il s’agit du feu, et primaire, symbole de vie et de survie.De même, une vidéo du surfeur (Lizarazu) sur lequel les 2 caméras étaient fixées le présente en train de plonger et de lutter dans l’eau, seul face aux éléments, tel un héros de film… L’influence cinématographique se fait sentir…Leur travail a notamment été exposé au château de Taurines (2005), au Crac de Sète (2007), à la chapelle des Jésuites de Nîmes (2010), à la VRAC Millau (2011) ainsi qu’à la Force de l’art à Paris (2009).LES ARTISTESSylvain GROUT, né le 26 avril 1971, à BordeauxYann MAZEAS, né le 26  novembre 1963 à Casablanca, MarocExposition ouverte au public du mardi au samedi de 13 h 30 à 18 h. Renseignements au 05 65 73 80 50. contact@aveyron-culture.com

Newsletter